Quelques jours de rando près de Gourette

Avant de partir, se faire dorer la pilule au Costa Rica avec la team O’Neill, Guillaume Arrieta est allé faire du ski de Randonnée avec une amie et le guide, Gilbert Bergès, près de Gourette. Il nous a fait un petit live report avec pleins de photos sympas!

Dans le monde des randonneurs à ski, il existe d’après une analyse anthropologique très poussée, deux familles.

La première étant composée d’individus sans cesse à la recherche de dénivelé, tentant de battre tous les records et obnubilé par le gain de poids, de véritables marathoniens des montagnes en quelques sortes…

L’état d’esprit de la seconde famille est aux antipodes de la première, se rapprochant ainsi plus des premiers surfeurs et grimpeurs avant que ces disciplines se fédéralisent et dont la philosophie est basée sur l’hédonisme.

Ici, le mot d’ordre, est de se faire plaisir, en cherchant la meilleure neige, vierge de préférence, en retrouvant la solitude, loin des stations et des files d’attentes…

C’est vers cette seconde famille que je me suis dirigé, en effet, devoir se raser les jambes pour être encore plus performant, me gênait un peu…

Voici donc le récit de trois journées de ski de randonnée au tour de Gourette.

Premier jour, mercredi 5 Avril, la station est baignée par un soleil qui s’était fait plus tôt timide jusque là. Dix centimètres de fraîche nous attendent sur les pistes, mais notre guide pour ces trois jours, Gilbert Bergès, nous propose d’aller pauser nos peaux de phoques du côté de l’Amoulat (pas le restaurant, hein !). Après une bonne heure et demie de montée, nous nous retrouvons en haut du col qui nous conduit vers le lieu dit de la “pyramide”. La fin de l’ascension se fait à pied car le vent a littéralement gelé le manteau neigeux.

_D126491 copie

Une fois arrivés au sommet, saucissons, fromages et crêpes sont de la partie, car comme on dit “après l’effort, vient le réconfort”. Enfin, le vrai réconfort sera celui de chausser nos skis, de fermer nos vestes et de profiter d’une descente sans autre trace que les notres. le tout dans un silence absolu ! On profite une dernière fois de la vue sur l’Ossau, je fais quelques clichés en profitant de cette lumière exceptionnelle, puis nous descendons.

_D126548 copie

La matinée se conclut sur les coups de 12h30. On revient sur le bas de la station et on retrouve le bruit quotidien d’une station, on se dit que l’on était mieux, là haut !

Pour le second jour, le soleil préfère faire la grasse matinée, ce qui laisse place à un plafond nuageux très bas.

005E5855 copie

Gilbert dit “Gigi” nous propose d’aller faire un tour du côté de la brèche de Pene Meeda, pic qui sépare les deux versants de la station. Heureusement, en prenant du dénivelé, nous passons au dessus des nuages. La neige a rapidement transformé et dès le début de la montée, nous savons que la descente ne sera pas une grande partie de plaisir, mais comme le dit si bien la Légende: ”Il n’y a pas de mauvaise neige, que des mauvais skieurs”.

005E5776 copie

A l’arrivée, nous avons d’une côté un couloir superbe, bien raide, 60°, d’après le compas et de l’autre, le versant droit de la station, le tout sur une mer de nuages. Un décor somptueux !

On ne change surtout pas un menu qui gagne et on ressort saucisson, fromage, et tout ce qui va bien…

La descente n’est pas une partie de plaisir, mais pas le choix, il faut bien rentrer !

Pour le troisième et dernier jour, nous partons à l’opposé de la station, du côté du col de Torte et du “Téton de la Vierge”, massif qui surplombe la station.

005E5924 copie

On attaque la montée dans la forêt, en essayant de trouver les bonnes traces pour atteindre le col. Il a neigé, les arbres ont retrouvé leur costume hivernal, un paysage de carte postale, émerge sous nos yeux.

005E5914 copie

Nous sommes au dessus de Gourette, “clic clac”, je fais crépiter le jetable et on repat pour la seconde partie de la montée. Celle-ci, s’effectue en dehors de la forêt sur un véritable boulevard… Hum, ça sent bon la descente tout ça ! Une fois arrivés en haut, le ciel décide enfin à se dégager et nous permet de profiter de la vue sur tout le bas de la station ! On ressort saucisson, fromage & co ! Et bien oui, nous au moins, on fait tourner l’économie locale!

005E6047 copie

La première partie de la descente est un pur Bonheur, la seconde en revanche l’est beaucoup moins, sous les skis, une neige lourde et humide, nous rendant la tâche plus difficile.

005E6096 copie

Finalement, ces trois jours de randonnées nous auront permis de profiter de manière tout à fait différente du domaine sur lequel nous skions habituellement; les conseils avisés de Gigi nous permettront d’en profiter à nouveaux !

Marie et moi-même tenons à remercier l’ESF de Gourette et Gigi pour nous avoir permis de vivre cette belle aventure!

Texte & Photos: Guillaume Arrieta
Correction: Roger Labonne

Un commentaire sur “Quelques jours de rando près de Gourette

  1. Ping : Guillaume Arrieta Photography | Pow-wow Mag

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :