Flo Cuzacq nous parle de Firewater

À l’occasion de la sortie officielle de Firewater, j’ai décidé de poser quelques questions à celui qui se cache derrière la caméra, Flo Cuzacq. Cela fait un bon moment maintenant que je voulais rédiger quelques lignes à son sujet et vous parler de son identité visuelle pour le moins esthétique. Après The Van, il n’était pas aisé de reprendre la caméra derrière Léo Maigret.  Flo l’a fait avec succès, les images de Firewater sont propres et épurées. Un boulot dingue pour un mec qui a à peine la vingtaine…

Après avoir fait le tour des festivals, Firewater sort ce soir sur le net, les mecs des Nosafe ont choisi notre média pour l’annoncer et ce, pour notre plus grand bonheur !

Pour ceux qui aiment la lecture, on continue avec l’interview de Flo Cuzacq.

Lumière sur le plus sympa et le plus rapide des stagiaires !! 

Salut Flo, peux-tu te présenter ? 
Yes, Floriant Cuzacq, j’ai 21 ans. Je suis en deuxième année de BTS audiovisuel à Biarritz. Je suis passionné de ski et de vidéo. J’habite à Biarritz pour les études mais je suis Landais à l’origine.

Tes images sont vraiment propres, depuis combien de temps filmes-tu ?
J’ai commencé à filmer quand j’étais en seconde. Je me suis toujours dit : « vas-y, il faut que je filme ! ». J’ai commencé à l’arrache avec une petite Go Pro et après j’ai upgradé en m’achetant un petit reflex et la FS maintenant. Au départ, je filmais principalement du skate. Le ski est venu plus tard en première. Puis au STAPS quand j’ai connu les NOSAFE.

Avec ce dernier projet, conserves-tu le titre de stagiaire ?
Ah ! Ah ! Je savais que tu allais me poser cette question ! C’était la question parfaite !
Dans les faits, je ne suis plus trop le stagiaire car c’est moi qui assure le projet qui arrive mais dans le crew, je serai toujours le stagiaire, ça c’est sûr !
J’ai été le stagiaire Nosafe mais aussi le stagiaire Capsus ! J’ai travaillé avec César Abadie qui est le lien entre Nosafe et Capsus, du coup cela continue encore ce surnom ! Ça va rester, je crois que je vais toujours rester le stagiaire quoi qu’il arrive  !!

Depuis combien de temps rides-tu avec Nosafe ?
Depuis 2014, je les ai d’abord connu sur internet puis après en allant au STAPS !  J’en profite d’ailleurs pour faire un big-up aux raclettes de Clem ! Ah ! Ah ! J’ai commencé à filmer avec eux pour du street.

Quelle était l’idée de Firewater ?
On savait que les autres (Clem et Camille) allaient partir aux US et que j’allais me retrouver seul avec P-A. Lui avait vraiment envie de filmer du Backcountry (BC), cela faisait plusieurs années qu’il en parlait donc on est parti sur ce projet ! On a voulu transmettre un segment BC un peu original. On s’est inspiré de The Big Picture. On a surtout voulu faire de belles images et pondre quelque chose d’esthétique.

On a donc commencé un peu à tâtons, on a continué et quand on a vu qu’on avait des images, on a alors poussé le truc avec P-A.

Peux-tu nous parler de Pierre-Alex Dedeban (P-A) ?
P-A est complètement passionné par ce qu’on a fait, il est fier de ce projet, il a bossé comme un ouf sur le projet ! Il a toujours bavé devant ces vidéos de freeride et de BC et il est super content de ce qu’on a réalisé. Il est hyper motivé pour la saison prochaine. On a déjà commencé à filmer pour la prochaine vidéo d’ailleurs.

Est-ce que c’est le mec du crew qui met le plus facilement le cerveau sur OFF ? On pense notamment à sa mise en orbite mémorable dans The Van…
Franchement, c’est celui qui réfléchit le plus en vrai !! Il a genre une liste sur la porte de ses WC avec tous les tricks et il les coche petit à petit. Bon y’en a ils n’ont pas été cochés ! Ah ! Ah !

Où avez-vous ridé pour ce projet ?
Full Piau-Engaly !

Qui a bossé sur le film ?
César Abadie et Léo Maigret ont filmé quelques rushs !

Du street, puis du freeride, l’an prochain doit-on s’attendre à un épisode 100% rando ?
Pour Roger Guidos ! Ah ! Ah !
Non ! Non ! Non ! En vrai, on ne fera pas un épisode 100% rando, loin de là ! On va refaire du BC mais cette fois avec Clem et Cam en plus dans la vidéo. On va essayer d’y ajouter de l’héliski car il paraît qu’à Piau cette année on pourra en faire ! Du coup, on va essayer de shooter ça ! Mais ce n’est pas maintenant que tu vas nous voir dans des faces, on va encore rester à côté des jalons ! Ah ! Ah ! 

Sur les trois principaux skieurs du crew, tu as trois styles de ski complètement différents. N’est-ce pas plus difficile à filmer et à monter pour toi ?

Non je pense au contraire que cela ne peut être que positif pour le prochain film. On va varier les plaisirs, ce sera justement à l’image du crew. On ne veut pas rentrer dans des cases, bien au contraire si on peut en sortir, c’est cool ! C’est justement ce qui fait que cela marche bien entre nous, c’est qu’on est tous différents.

Des choses prévues pour 17-18 ?
Nous on repart sur un segment BC plus consistant avec trois riders : PA, Clem et Cam. L’objectif serait d’être reprogrammé au High Five l’an prochain, ce serait cool.

Y’a un Caviar Gold qui se refait cette année donc on va également bosser là-dessus  !

On voit beaucoup Nosafe traîner du côté du Pays Toy, êtes-vous en train de former une nouvelle alliance, genre CHIBRO-SAFE ?
Ouai, on est le squad ! Asada Squad mec ! Non, on partage les mêmes valeurs mais chacun garde son identité, ses diffusions. Après, on est tous hyper potes et cela fait toujours super plaisir d’être une quinzaine à rider ensemble. C’est juste trop bien, y’a une bonne ambiance ! 

Je te laisse le mot de la fin :
Merci à toi ça fait plaiz ! Je remercie également Martin Labadan et Titouan Heslau qui nous ont suivi cette saison.  Les première vidéos de ski que j’ai vu quand j’étais au collège, ce sont les vidéos d’Ho5park réalisées par Guilhem Machenaud à l’époque,  je voudrais aussi lui faire un gros big-up !

Ça fait vraiment plaisir de voir qu’un petit projet sur un hiver fonctionne aussi bien, ça donne envie de continuer pour les prochains hivers !

One Reply to “Flo Cuzacq nous parle de Firewater”

  1. Merci Anthony Bonal pour cet article très bien écrit. L’interview est top ! Je reconnais la personnalité de Flo.C’est sympa d’avoir mis en avant son travail. Ce film, c’est beaucoup de kilomètres parcourus, des heures et des heures devant l’ordi en plus du travail saisonnier, quelques sacrifices et prises de tête, le tout mû par une unique chose : la passion !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s